samedi 13 août 2011

Samedi 13 aout 2011 = Roumanie vol.5

J,ai eu froid toute la nuit dans ma petite tente, et j,etais presque soulqgee au matin de pouvoir sortir la tete et de voir le soleil -froid encore- me baiser les pieds. J,ai l,impression que chaque etape de notre voyage, chaque fois un peu plus au nord, nous amene dans un plus bel endroit que le precedent. Nous sommes en plein coeur de la Roumanie, et deja autour des villes on ne se deplace plus qu,en charette. Dans les villes des Dacia d,un autre age survivent sans mal a l,air de la montagne. Slors dans cette ambiance d,un autre temps, il faut imaginer Sighisoara comme une Carcassonne sur laquelle on aurait verse des pots de peinture. Des que C. et moi y avons mis les pieds, nous avons decide d,y rester une nuit de plus.

La ville d,enfance de Vlad Dracul, dit Dracula, aurait a mon avis du le mener sur les voies de l,art, de la poesie ou de l,horlogerie, alors qu,il se soit tourne vers le massacre en masse, la decapitation et l,empalage de cadavres sur pieu me rend un peu perplexe. Mais comme on aime tous a le rappeler de temps a autres Hitler aimait les chiens… alors tout est possible.

Quoiqu,il en soit nous avons passe une de ces journees paisibles a tout et ne rien faire, vagabondant dans la ville au gre de nos envies (et de nos appetits voraces) comme deux ames simples incapables d,autre chose que de voir, et de se laisser emplir de la poesie des lieux. Par exemple nous nous sommes reposees dans ce cimetiere ronge par les plantes, ou les morts nourissent fleurs et arbustes dans une representation bucolique (et ecologique) de la vampirisation.

Je crois que la paix eternelle n,est pas dans la tombe, elle est a Sighisoara.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

5 août 2018 - Rando-jazz à Rodes

Une courte balade vous y mène, vous y êtes avant d'avoir osé même vous demander quand serait l'arrivée. Dans la grande carrière de p...